• 18 juin 2009

    J 'ai signé ... Ou plutôt "re" signé ...

    A mes collègues qui me supporteront Encore un UN Plus, Je leur ai réservé Une petite collation.
    Mon Contrat Avenir se terminait au 31 mai de cette année 2009. Mes supérieurs Ont Renouveler D'une petite année ce fameux contrat.
    Pour Ce Qui Est de ce genre de CDD je pourrai en faire des lignes, des pages ...
    Mais bon, Par ces temps difficiles actuels et à venir, c'est Une petite bouffée d'oxygène.
    Je dois avouer, que je n'ai pas eu à coeur de chercher ailleurs Tant  l'horizon d'Une année supplémentaire à la Résidence me plaisait.


    J'aime le travail que je fais, J'aime travailler "en équipe",
    J'aime rencontrer ces personnes âgées même si j'ai moins de contact dans mon quotidien que le personnel du Soin,
    J'aime le cadre de  Mon travail (un vieux monastère avec un petit parc en son sein)
    et j'apprécie mes collègues et tant pis, si, avec certains c'est plus difficile Qu'avec d'autres.
    Il n'existe Aucune société  idéale même...
    Je me suis amusée à partager ce petit moment de satisfaction   (d'Une année de plus) en confectionnant amicalement Différents gâteaux laissés dans la salle de pause pour les quelques collègues présents. (Où Tous les services se rendent à un moment ou l'autre de la journée).
    Pour le service administratif dont je dépend, les gâteaux étaient miniaturiser .
    Pour le gros des troupes, les gâteaux  ÉTAIENT de taille familiale.
    Et d'après les échos, tout le monde y a trouvé son bonheur de gourmandise. Et ça! c'est ma récompense.

    Au programme des Réjouissances:
     
    Un cake au citron (recette ICI), un gâteau à la banane (La recette), (d'ailleurs ce gâteau est meilleur 3 jours après que Lors de la sortie du four, foi de Dada), Le clafoutis cerise-noix de coco (Déjà Donné ICI) et mon fameux Pain d'épices (recopie La).
    À ton tour de gater les tiens!

  • 16 juin 2009

    Juste pour un euro

    Quand on a pas d'argent ni de pétrole on a des idées. Un slogan qui ne risque pas de prendre la poussière.
    Par nature, par philosophie, je ne suis pas du genre à trop jeter. Mes poubelles pollueront moins que d'autres mais ça ne me console pas du tout.
    Pour vivre bien, vivre en accord avec son humeur écologiste et économique, il faut user de ses neurones, de son huile de coude ou de sa patience et d'un certain savoir-faire.
    Ce dernier d'ailleurs s'acquiert avec l'expérience et des conseils à pionnier ou à hériter.  Pour ma part, c'est l'héritage d'une Maman sachant "faire du neuf avec du vieux" et réfléchissant à ce qui est vraiment bon à jeter.
    Ce qui, autrefois, était lier au bon sens et que d'autres appelaient radinerie, devient aujourd'hui nécessairement écologique. Et plutôt que se débarrasser à tout vent, Maman avait une heureuse satisfaction de partager avec un proche, un voisin ou une association. Plus qu'hier, il est nécessaire de jeter moins, même si, les magasins sont obèses de produits de toutes sortes et que l'approvisionnement semble infini.


     


    Pour illustrer cet état de fait de renouer avec cet adage de "faire du neuf avec du vieux" et par ce post, je publie mon nouveau et vieux imperméable.
    Le col en PVC avait mal vieillit. Celui- ci par son plastique m'irritait la nuque.

    Il était impérieux de prendre les choses en main. L'idée de le refaire dans un velours côtelé noir me titillait depuis quelque temps. Il aura suffit d'utiliser le vieux col décousu avec soin et de m'en servir de patron.
    J'ai habillé d'un petit galon en velours noir ajouré de petits coeurs. J'ai assorti le bas des manches puisque je les portais déjà en les retournant.
    Autant coudre de vrais revers.

     

    Dans ma provision de tissus, j'ai trouvé l'indispensable velours datant de l'époque où j'habillais mon garçonnet. D'un patron de pantalon enfant, il restait des morceaux suffisant.
    Et j'estime ce renouveau au prix d'un petit euro et de 2 heures de couture environ.
    Sans doute moins, si je n'avais pas travaillé en fractionnant mon petit travail en plusieurs jours. 

  • 14 juin 2009

    Cerise assure au mois de juin

    C'est certainement le fruit roi et initiateur de ce début d'été.
    Par sa couleur sanguine ou rosé, il habille joliment son arbre maternel.
    Nos concurrents les oiseaux ou les vers s'émeuvent de son jus, de sa fraîcheur autant que nos palais gourmands. Ce début juin, c'est d'abord une collègue qui nous régale au bureau.
    Sa cerise est ronde, pleine, juteuse et très croquante. En un mot un régal !

    Dans le parc de l'ancien monastère, la cerise est toute petite, rouge sang mais un peu amère.
    La gourmandise se moque un peu de cette différence et en raffole tout autant. Mais en cuisine, pour les résidentes, le chef a choisi une cerise opulente, croquante sous la dent et libérant une sève généreuse et sucrée.
    Quant à moi, chez Maman, j'ai ramené des cerises de toutes sortes car ramassées lors des promenades de mon père, elles sont issues de différents cerisiers, nourries par des terres  originellement mères de vignes plus que d'arbres fruitiers.

    Ce sont des cerises idéales pour nos clafoutis et j'ai trouvé ici, une recette qui diffère de celles que j'ai car elle s'accommode de poudre d'amande.
    Si bien, que piquée par la curiosité, j'ai pensé à échanger l'amande par la noix de coco.
    Et ce clafoutis partagé avec mes différents collègues, a été dévoré très rapidement. 
    Futur petit patch rose et violet ...

    BON CLAFOUTIS !

  • 10 juin 2009

    Bien au chaud ...

    J'ai retrouvé dans mon "foutu" PC, le dossier où j'avais trop bien rangé mes dernières photos du poupon Benoit, chaussé sur mesure. Depuis, j'ai fait mes arrangements et mon diaporama sur la nouvelle version KIZOA que l'on trouve à télécharger ICI. C'est un logiciel gratuit comme PICNIC et qui propose la création de diaporama comme  Powerpoint (en plus ludique). Mais dès que l'on veut profiter du meilleur, de ce dit Kizoa, on doit accepter de devenir un usager Premium, donc payant. Le prix n'est pas prohibitif mais quand on a pas trop l'usage ...  C'est juste pour le fun, s'amuser et amuser  en montrant autrement ses photos ...
    Bref, voici Benoit (ici en plus large) lorsqu'il a été offert à Petite Soeur Bénédictine.



  • 7 juin 2009

    Mes en-cours en cours ...

     

     





    mais aussi un peu de tricot ...
    comme quoi, y'a du bon à être seule
     devant son assiette, devant son lavabo et son bouchon de dentifrice,
     sur le canapé,  choisir son programme télé (ce soir y'a Brad Pitt en jupette),
    dans son lit 2 places à changer d'oreiller qui devient trop chaud
    pour celui qui est encore frais,
    et à s'abandonner à son loisir avant de faire
     sa lessive, ou son dîner, ou son repassage  ...
    suis même plus obligée de repasser !
    Et pour ce qui est de la luxure ...
    je l'ai troquée pour m'adonner aux tablettes de chocolat !
    Dommage pour ces messieurs qui voudraient frapper à ma porte !
  • 30 mai 2009

    Je lache mon fer

    à repasser. J'ai refait mon retard, la pile est quasiment nulle mais comme je termine par des chemises, une pause s'impose ... avant le quart d'heure pour chacune !

    RENZOcollage2.jpg

    En ce moment comme une abeille, je vais de tâche en tâche. Et un pantalon à réduire en panta pour une amie, un par-dessus dont le col souffre de vieillesse avec des manches à assortir, une cuisine dont les murs et le plafond sont à lessiver...
    Préparer la venue de futurs invités ...
    RENZOcollage.jpg

    Et évidemment, encore donner naissance à des layettes car les bébés sortent enfin de leur douce caverne. Un Mathias est né, puis un Renzo et début juin, un autre petit gars devrait rejoindre les copains si tout va bien.
    J'ai trouvé mes modèles dans des catalogues Phildar récents, dont celui-ci terminé et offert. La laine vient de chez Monoprix, et malheureusement ce magasin de Dijon n'en vendra plus. La qualité était agréable à tricoter et l'ouvrage sera facile à entretenir.
    Quant au prochain, j'ai choisi du bleu ciel et rayures blanches, dont la laine elle est de chez Phildar pour cette fois-ci.
    Mod-le10PHILDAR2009.jpg

  • 28 mai 2009

    Effectivement ! j'attendais un collissimo ....

    unrectangle.jpg

    Facteur fatigué ? : Avant même d'envisager de monter le colis en haut de ces 4 étages.
    Facteur égaré ? : Que faire d'un colis quand je suis à la bonne adresse ?
    Facteur bricoleur ? : Un colis plus large de 2 cm d'une boîte aux lettres, ça passe ou ça tasse ! !
    Facteur mathématicien ? : Un rectangle, ça rentre dans un rectangle, foi de facteur ?
    Facteur farceur ? : Allez ! juste pour le fun ! c'est la destinatrice qui descendra les 4 étages !
    Facteur facétieux ? : C'est pas écrit la poste !

    MerciMirabelle.jpg

    Toutes ces interrogations car je ne m'explique pas que l'on ait pu envisager de caser coùte que coùte un colis dans une boîte aux lettres plus étroite que l'objet.
    Sans même prendre l'initiative de avoir si j'étais là ou non.
    En l'occurence, j'étais là . . . à l'attendre.

  • 21 mai 2009

    dans le bus, un mercredi ...

    J'ai encore eu l'opportunité de "voyager" avec cette petite nana de 3-4 ans en prenant le bus Divia. Sans la voir, j'ai reconnu cette charmante petite voix bavarde de l'autre jour. Sa maman apprécie toujours de discourir avec sa fillette. Et elle en rajoute.
    Ce jour, c'était humeur de comptines, revues et corrigées par son imagination. Maman l'a corrigeait quand la chanson "déraillait". Aussi, par pudeur, j'ai plongé mon nez dans ma revue pour ne pas être voleuse de moments tendresse.
    Pourtant, j'ai relevé l'oreille quand la maman a expliqué à son enfant, ce qu'était la vie :
    "On va à l'école jusqu'à la grande - on choisit un métier- on trouve un travail pour payer la maison, la voiture, les vêtements, la nourriture - on va en vacances - on se marie et -"
    Et à ce moment, la petite fille coupe sa mamam :
    "et j'ai le cheveu blanc . "
    Quel raccourci !
    Si bien que maman en a profité pour parler de la mamie, de ses cheveux et de la vieillesse.
    Mais moi j'ai déconnectée de leur histoire pour rester sur ce moment magique :
    "Et j'ai le cheveu blanc" ... comme c'était inattendu et même profond. J'en suis décontenancée.
    Pourquoi la petite fille n'a pas parlé avant cela du mari, des enfants ?? ...

    Belle rencontre courte dans un bus ! Vivement mercredi prochain.

    Photo oubliée ...

    Fleurs-d-avril.jpg

  • 20 mai 2009

    Comme une sorte de floralie ...


    je crochète en rond, je tourne l'ouvrage, je coupe et cache les fils : c'est ma façon de jardiner ...
    Les jardiniers des espaces familiaux me jalousent car les miennes ne fanent pas.

    J'utilise un engrais très spécial : de la patience, de la tendresse et encore de la patience.
    Mais je ne sais, comme certaines consoeurs, comment me débarrasser des escargots qui envahissent aussitôt mes jardinières.
    Une franglaise que je connais, choisit de jeter ses petites bêtes pardessus le mur de son voisin et au diable si elle entend un "scratch" qui annonce l'atroce mort innocente de ces petits gastéropodes.

    Jardinage.jpg

    Serait-elle moins criminelle si elle les cuisinait avec beurre et persil pour son mari gourmand ?
    Je suis devenue pour ma part "escargotivore" et je les préfère violet car ils ont un gout de cassis ces colimaçons bourguignons. Ils sont certainement tombés dedans quand ils étaient petits, le cassis Védrenne ou alors Lejay-Lagoutte ou ...
    FleursEscargots-collage.jpg

  • 17 mai 2009

    Il s'appelle Benoit 1er...

    BENOIT2.jpg

    Il ne s'agit pas de mon probable amoureux ou d'un bébé. J'ai offert le poupon habillé de "tête en pied".
    La nouvelle "maman" m'a demandé comment l'appeler aussi je lui ai proposé de le nommer Benoit.
    Pourquoi ce prénom ?
    C'est parcequ'il est confié à une Bénédictine se reposant dans l'établissement où je travaille. La soeur septuagénaire l'a accueilli aussitôt contre son coeur, comme toute maman.
    BENOIT1.jpg

    De Benoit 1er, j'ai déjà dévoilé sa coiffe dont le modèle est tiré de ma revue de layette préférée depuis quelques mois déjà.
    Pour l'ensemble de la layette, il m'a été difficile de trouver un modèle de combinette, sobre, délicate et raffiné.
    Evidemment, habillé un poupon est moins jubilatoire qu'une layette destinée à un vrai bébé et sa maman.
    Le lien qui m'unit à la soeur est très affectif et pour son anniversaire j'ai pensé immédiatement à ce poupon.
    Obstinée que je suis, je ne l'ai offert qu'une fois être sure d'avoir trouvé le modèle satisfaisant. Pour en revenir à l'habit, résignée, j'ai retenu un modèle pour ses mesures mais que j'ai du tout de même adaptées.
    Ensuite, j'ai improvisé le modèle et j'ai préféré les cotes 1/1 pour le plastron et l'idée du ruban s'est imposé très rapidement. De jolis boutons pour le dos et des dents de chat pour l'encolure, le bas des manches et des jambes.
    Je prêche pour ma paroisse mais j'ai eu une sainte horreur d'adapter les chaussons car les pieds du poupon n'ont rien de catholique. Un épais mollet et un pied extra petit. S'il était bébé, jamais il n'aurait pu marcher le pauvre.
    BENOIT6.jpg

    J'ai recommencer par 3 fois ces satanés chaussons. Mollet trop court, puis trop large et haut de semelle trop épais ... exhaspérant ...
    Et oh mon dieu ! j'ai opté pour ajuster les chaussons de couper et de faire ma couture à la machine à coudre.
    Damned ! ne pas le répéter à Maman qui m'a appris broderie et tricot en me faisant défaire plusieurs fois mes ouvrages comme une certaine Pénélope.

    Point d'archers, ni d'Ulysse aux alentours, aussi j'ai fait au plus simple.
    Je dirais quelques "donnez moi mon chocolat quotidien" par 5 fois et le mangerai par 2 fois ...
    BENOIT-Collage1.jpg


    Païenne que je suis !